Chanson douce, Leila Slimani, édition Gallimard


Résumé : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.




Mon avis : Ce roman avait fait un carton lors de sa sortie en 2016 ; succès qui a été reconnu par le titre du Goncourt 2016 ! Je lis rarement les prix littéraires je l’avoue aussi même si j’avais entendu parler de celui-ci par une collègue qui avait beaucoup aimé, j’avoue qu’il m’était sorti de la tête. Néanmoins, c’est à l’occasion de mes récentes vacances que j’ai eu envie de le découvrir.
Il faut avouer que son résumé donne vraiment envie !

Je dois reconnaître que le début du livre (qui nous explique clairement la situation finale) m’a beaucoup dérangée ; je connaissais déjà le dénouement et mon cœur de maman se serrait.
Cependant, j’ai commencé le livre avant de le dévorer presque d’une traite jusqu’au bout. Tout dans le style, la plume et les descriptions de l’auteure m’a plu. J’ai été séduite par cette forme si simple et en même temps tellement agréable à lire.

Encore plus, ce qui m’a vraiment touché c’est la situation, le point de vue de l’auteur sur la situation de cette maman. Loin d’être parfaite et épanouie dans son rôle de mère, elle décide de reprendre une vie professionnelle et de laisser ses enfants aux soin d’une nourrice. Sa façon d’aborder le sentiment d’une mère sur son rôle, son épuisement, sa déception face à l’idée qu’elle se faisait de la maternité. Un point de vue pas souvent abordé qui ici est traité avec brio. De même le personnage emblématique de la nounou est vraiment très bien emmené pour essayer de nous faire comprendre comment tout a basculer. J’avoue que la dessus, je suis un peu resté sur ma faim à la dernière page.

Le fait de savoir dès le début la fin de l’histoire m’a pas mal dérangé pendant ma lecture et c’est dommage. De plus j’attendais un peu plus de réponse qui ne sont pas venues. Pour résumé, je reste un peu sur ma faim question intrigue de l’histoire mais j’ai été plus que subjugué par le style du roman et le point de vue de l’auteure !


Citation : Elle a le besoin éperdu de se nourrir de leur peau, de poser des baisers sur leurs petites mains, d'entendre leurs voix aiguës l'appeler "maman". Elle se sent sentimentale tout à coup. C'est ça qu'être mère a provoqué. 

Commentaires