Le secret de l'inventeur T.1, Andrea Cremer, édition Lumen

Dans un XIXè siècle alternatif, la révolution des américains pour leur indépendance face à l'empire Britania a échoué. Des poches de rébellion sont disséminées sur tout le territoire et les plus jeunes sont cachés pour échappé au joug de l'empire.
Charlotte 16 ans, va devoir quitter le confort de son refuge pour se rendre sur la cité flottante de New-York, espérant y trouver des réponses.

C'est le nouveau roman d'Andrea Cremer (connue pour sa série Nightshade) publié aux éditons Lumen. 
Je suis certaine que vous serez d'accord avec moi pour dire que ce livre est un bijou. Je connais le talent des graphistes de cette maison mais là, le livre est tout simplement magnifique. Cela donne encore plus envie d'y plonger. Intriguant, il nous annonce le style du roman.

Mon avis : Je ne connaissais pas du tout le style Steampunk ( genre littéraire qui évoque une période de la révolution industrielle avec des avancés mécaniques très développées). J'avoue que cela ne m'attirait pas non plus. Mais je fais confiance à Lumen concernant la qualité de ses choix, j'ai ouvert ce superbe ouvrage et je me suis laissée embarquer (jusqu'au bout).

Dès les premières pages, on se plonge dans l'histoire et on découvre les personnages. Au début du roman, ils sont assez nombreux et j'ai parfois eu du mal à me rappeler de tout le monde, mais rapidement les personnages principaux sont mis en avant et on les situe mieux. Les relations entre eux sont très variés entre fraternités, amitiés, camaraderies...
On s'attache très rapidement à Charlotte jusqu'à partager ses émotions, ses espoirs, ses déceptions. C'est vrai que je me suis énormément identifié à elle, malgré son jeune âge (même si elle fait parfois beaucoup plus mature!).
De plus, sa relation avec les différents personnages va évoluer au fur et à mesure de l'avancé du récit. J'ai beaucoup aimé le personnage de Jack ; on découvre très rapidement qu'il n'est pas ce qu'il prétend et qu'il est loin d'être simplement le garçon que Charlotte déteste. Elle-même va découvrir qu'il ne la laisse pas insensible. Dans le monde de l'aristocratie qu'il connaît, il sera son guide. Mais ce jeune officier cache bien des secrets. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir tout cela par vous-même. Mais j'avoue que cette histoire a eu une résonance particulière en moi, malgré le côté un peu prévisible de leurs sentiments.

Pour ce qui est du décors de l'histoire, l'auteur vous invite à découvrir où se mêle l'aristocratie victorienne et des avancés technologiques très avancées. Le monde est décrit avec beaucoup de détails quant à son fonctionnement (moyens de transports, mécanismes...) et les paysages sont bien illustrés. J'avoue que j'aime beaucoup l'idée de New York en cité flottante.
Le monde se dévoile peu à peu tout au long de l'histoire et si le début paraît un peu désarçonnant, on s'adapte très vite.

Si l'univers proposé est un peu simple au début, il se complexifie et on découvre un monde très bien ficelé et finement imaginé. Même le côté religieux pointe son nez vers la fin du roman.
Un monde riche en détail qui ne demande qu'à être révélé dans la suite de la série.

La fin nous promet plein d’événement à venir et j'attends beaucoup de la suite que ce soit dans l'évolution des personnages ou l'avancé de la rébellion.

Pour conclure, un beau coup de cœur pour ce mois de février!

Mercy à Emily et aux éditions Lumen pour leur confiance.


Commentaires

Enregistrer un commentaire